Stop ou Encore : Shadowhunters

Le Stop ou Encore d’aujourd’hui aborde une série télé dont vous avez peut-être déjà entendu parler. Shadowhunters est diffusé depuis le 13 janvier 2016 sur Netflix (même en France oui oui). Vous le savez peut-être aussi, cette série est à la base inspirée par les romans The Mortal Instrument de Cassandra Clare. Et je dois dire qu’ayant bien aimé la première trilogie appartenant à cet univers (je n’ai pas encore lu le reste), j’attendais cette nouvelle adaptation télé avec une certaine impatience.

Alors parlons-en de Shadohhunters !

Shadowhunters, qu’est-ce que ça raconte ?

shadowhunters-cast-01
Crédit : Freeform/Sven Frenzel

Dans le New York contemporain, les humains ne se doutent pas des forces démoniaques qui s’affrontent sous leurs yeux. Parmi eux, Clary Fray découvre le jour de ses 18 ans qu’elle n’est pas une adolescente comme les autres. Dotée de certains pouvoirs qu’elle ne maîtrise pas encore, la jeune femme est brutalement propulsée vers le côté obscur de notre monde, dans lequel des Chasseurs d’Ombres combattent des créatures maléfiques. En s’alliant aux autres Chasseurs, Clary accomplit sa destinée, tout en allant de révélation en révélation.

source AlloCiné

Shadowhunters : découverte de la première saison

Quand on voit la description de la série, on peut penser « encore un truc d’ados avec des vampires et des démons et un triangle amoureux et pourquoi je m’infligerais ça une nouvelle fois ? » Certes. Voui. Effectivement. Pourtant, une part de moi avait l’espoir que cette fois, je pourrai trouver une série fantastique qui m’accrocherait. Depuis Buffy Contre les Vampires j’avoue que trouver une série mettant en scène une bande de jeunes qui casse du monstre qui me plaît a été difficile. J’ai donné leur chance à The Vampire Diaries ou sa petite soeur The Originals et bien que la seconde m’ait plus emballée que la première, je me suis vite lassée. Comme je l’ai dit, j’ai bien aimé les livres de Cassandra Clare (surtout le personnage de Jace en fait) donc je partais plutôt positive.

Le premier épisode de Shadowhunter remplit bien son rôle de pilote. Il nous présente l’univers dans lequel on se trouve ainsi que l’héroïne que l’on va suivre, Clary. On voit tout de suite les changements par apport aux livres, notamment que Clary est un peu plus âgée, qu’elle étudie dans une école d’art et que Simon est moins agaçant que dans les romans. Quoi, c’est vrai. On apprend que notre héroïne ne connait finalement pas grand chose de ses origines, puisqu’il paraîtrait qu’elle est une shadowhunter et qu’elle est sensée chasser les démons et autres créatures des ténèbres cruelles et moches.

shadowhunters-jace-clary
Crédit : Freeform/John Medland

Bon le ressort narratif de l’héroïne qui apprend sa destinée/ses pouvoirs surnaturels, ça s’est déjà vu mais c’est un classique. Comme beaucoup d’héroïne avant elle, Clary a du mal à y croire, à l’accepter, formule toutes sortes de théories pour ne pas admettre que les vampires et les sorciers sont une réalité. Sauf que bon, il faut qu’elle se rende à l’évidence, surtout quand sa mère se fait enlevée par des vilains pas beaux et que Clary elle-même est attaquée par une espèce de bestiole qui la blesse presque mortellement. Heureusement, elle est sauvée par Jace & compagnie, et c’est là qu’on lui confirme réellement sa nature de shadowhunter.

Si je devais résumer mon avis sur ce premier épisode ça serait : mitigée. Les points positifs et bien comme dans le livre, j’aime le personnage d’Isabel. Cette fille est complètement allumée mais drôle et c’est peut-être l’un des personnages les mieux adaptés du livre. Jace, dont j’attendais beaucoup m’a laissée plus perplexe et voir seulement le pilote ne m’a pas permis de me faire un avis tranché. Alec est aussi bien retranscrit, toujours aussi désagréable au premier abord mais quand on sait ce qui se passe dans sa petite tête, on comprend mieux. Simon, comme je l’ai dit, est moins agaçant, enfin jusqu’à ce qu’il se rende à l’Institut et veuille absolument que Clary et lui se tirent de là… Mais j’imagine qu’on peut mettre ça sous le coup de la peur, je veux dire découvrir que votre BFF est une chasseuse de démons et que les démons existent et voilà, c’est les boules.

Quant au reste des personnages. Là ça devient moins positif. Je trouve Clary incipide mais sûrement parce que j’ai fait l’erreur de regarder en VF et que le doublage de manière générale n’est pas terrible. Je ne sais pas, je la trouve moins volontaire, moins solide et moins affirmée que dans le livre. On voit bien que tout ce qu’elle veut, c’est retrouver sa mère mais je trouve finalement que sa réaction lorsqu’elle apprend qu’elle est une chasseuse d’ombre reste un peu plate. Quant à Jocelyn aka Maman-Clary, je n’ai pas compris pourquoi, contrairement au livre, elle tient absolument à révéler sa véritable identité à Clary alors que, pendant toute son enfance et son adolescence, elle a tout fait pour qu’elle l’ignore. Dans les romans, Jocelyn veut tenir sa fille éloignée de son monde d’origine mais là, elle lui donne sa première stelle comme si c’était un bibelot et lui dit « il faut qu’on parle. » C’est dommage parce que le fait que Clary reçoive sa première arme de shadowhunter est vraiment un moment clé et symbolique du livre qui perd ici toute sa signification.

J’ai donc regardé les épisodes suivants ne voulant pas rester sur ma première impression. Et…. sincèrement… je n’aurais pas dû. L’impression mitigée que j’avais eu sur le jeux d’acteurs – j’ignore si ça vient des acteur·trice·s en eux·elles-même ou de la façon dont ils·elles sont dirigé·e·s – s’est renforcé. J’ai trouvé le second épisode long et je ne parle même pas du troisième. Plus ça va, plus les personnages sont caricaturaux et la série perd vite de son intérêt premier. C’est vraiment dommage parce que l’univers de Clare est riche et qu’il y a vraiment moyen de faire quelque chose de bien. Bon en dehors du triangle amoureux Jace/Clary/Simon qui dans le livre m’a bien gonflée mais j’ai déjà plusieurs fois mentionné mon aversion pour les triangles amoureux… Donc ça n’est pas très objectif de ma part !

Shadowhunters : stop ou encore ?

Et bien, c’est une première pour cette chronique… C’est un stop. Je n’ai pas dépassé le quart du troisième épisode et je ne compte pas regarder la suite ultérieurement comme j’ai dû le faire pour d’autres séries par manque de temps. Après, ça ne reste que mon avis comme d’habitude et ma parole n’a pas valeur de vérité absolue. D’ailleurs, ça serait intéressant d’avoir l’avis d’autres personnes qui ont aimé la série, même si dans mon entourage le « stop » semble être de mise…

Alors n’hésitez pas à commenter si vous aussi vous n’avez pas accroché ou au contraire si Shadowhunters vous a convaincu·e !

Rendez-vous sur Hellocoton !

About Morgane

Morgane (ou Lily) est la responsable éditoriale de MGG et sa créatrice. Geek et fan girl revendiquée, elle parle principalement de séries télé, de livres et de musique. Elle voue un culte à Star Wars et l'univers de Tolkien, à Maxime Chattam et Audrey Hepburn. Son style est un mélange de franglais, de références pop culture obscures et d'humour discount plus ou moins assumé.

2 thoughts on “Stop ou Encore : Shadowhunters

  1. J’ai tellement de mal avec cette série! J’avais beaucoup aimé les livres et comme toi, Isabel Lightwood (ou encore Magnus, Jace, Alec….). J’avais un peu de mal avec Clary dans les livres mais alors là, je la trouve terriblement mal castée. Jace n’a plus aucun relief et les seuls qui me font encore regarder sont les Lightwood et Magnus… Mais je crois que ça ne suffira pas !

    1. Ah, ça n’est donc pas qu’une impression que le personnage de Clary est moins appréciable que dans les livres. Oui, c’est vrai que j’aime vraiment les frères et soeurs Lightwood, même Alec 😉 mais là je ne sais pas… Jace est un personnage si cool dans les livres que sa version à l’écran m’a déçue. Je ne sais pas de ce qu’il en est du film The Mortal Instrument, je ne l’ai pas encore vu, j’ignore si c’est la même chose… En tout cas merci de ton commentaire :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *